Au printemps, on coupe les ailes des oiseaux

« Onze ans après la première manifestation sur la place Tahrir, l’auteure réalise, dans un premier roman poétique, une autopsie de la révolution. » Camille Neveux, Le Journal du Dimanche « Le “problème”, quand un journaliste se fait romancier, c’est que le réel … Lire la suite

Le ventre des hommes

« Sur les traces d’Annie Ernaux, Samira El Ayachi nous offre un roman puissant, entre chronique sociale et roman de l’intime, servi par une plume intense, riche, vibrante, bref une plume inoubliable ! » Alice Breniaux, librairie La Boîte de Pandore « Samira El Ayachi … Lire la suite

Gioconda

« Un de ces “petits” livres que l’on ­n’oublie pas de sitôt. Dans la Grèce de la Seconde Guerre ­mondiale, deux adolescents vont découvrir la magie du désir et de l’amour. La tourmente de la guerre emportera cet amour, mais ce livre … Lire la suite

Rends-moi fière

Jamaïque, petit village de pêcheurs. Une famille : la mère, Delores, qui vend des pacotilles aux touristes américains. La fille aînée, Margot, qui ne recule devant rien pour avoir le droit à une autre vie. Et Thandi, encore adolescente, aussi brillante … Lire la suite

Quarante jours après ma mort

« Mes yeux sont sourds, mes paupières restent closes et ma bouche, éteinte. Car je suis bel et bien mort. Mais c’est avec stupéfaction que je comprends que je vais tout entendre de leurs discours. Et que mon enfer durera quarante longs jours. »   … Lire la suite

Saint-Denis, bout du monde

« Depuis trois jours, je vois des vieux Arabes partout. Des vieux seulement, partout. Avec leurs corps tordus et leurs yeux vides. Avec leurs mines grises et leurs pieds qui traînent. Leurs vêtements d’hiver toute l’année. Ils ont envahi la ville, lentement, … Lire la suite

Les demeures sans nom

« Au centre des récits de Spôjmaï Zariâb, il y a les femmes, dressées contre la violence qui leur est faite. Une description saisissante de l’atmosphère haineuse et brutale qui règne à présent dans une société colonisée par les talibans. […] … Lire la suite

L’année du jardinier

Qui mieux que le poète peut nous faire sentir les fleurs, humer la terre et respirer la beauté d’un jardin ? 

Je ris parce que je t’aime

« C’est là que j’ai compris qu’un handicap, ce n’est pas une prison ordinaire. C’est une prison que se construisent ceux qui s’en occupent. Ils dressent des murs entre eux-mêmes et le monde. » Fiodor et Lena sont jeunes et … Lire la suite